Contre la barbarie, Klaus Mann

En ces temps où réapparaissent des idées nauséabondes sur la sécurité, sur l’immigration, où l’on baisse de façon drastique les crédits accordés aux institutions artistiques et culturelles, il est intéressant de relire les lettres et articles que Klaus Mann (fils de Thomas Mann) a écrits et publiés alors qu’il a fui le régime nazi dès 1933. Devenu apatride, il juge avec beaucoup de lucidité et de pertinence l’Allemagne hitlérienne.

Advertisements

Les commentaires sont fermés.